Aux sources du Gange, un périple inoubliable

Le Gange prend sa source à la frontière entre l’Inde et le Tibet, dans un cadre spectaculaire de sommets himalayens aux noms prestigieux : le Bhagirathi, le Satopanth, , le Shivling et le Kedarnath sont situés dans un massif encore largement inconnu des voyageurs occidentaux. Le fleuve sacré de l’Inde, symbole à la fois de vie et de mort pour les Hindous, ne peut manquer de fasciner. C’est à pied qu’il faut effectuer le parcours, pour découvrir une culture authentique et l’atmosphère mystique des chemins millénaires parcourus par les pèlerins et les sages.

Crédit photo : FreeDigitalPhotos.net / siraphat

Les atouts de la destination

Un voyage aux sources du Gange constitue une exceptionnelle initiation à l’Hindouisme. C’est aussi l’occasion de randonner dans des montagnes superbes et méconnues, sur des chemins plus faciles à parcourir qu’on ne pourrait le penser, à l’ombre de sommets qui frôlent les 7000m. Depuis sa source himalayenne jusqu’au golfe du Bengale, le Gange parcourt pas moins de 1700km. Pas question, bien évidemment, de suivre tout son cours en un seul voyage !

Le secret d’un périple réussi ? Un choix judicieux, à effectuer parmi les sites majeurs, et une combinaison de différents moyens de transport : on voyage en train, mais aussi à pied ou en 4X4. Découvrir l’Inde à pied, et plus particulièrement les régions himalayennes, demande un peu d’effort. Mais on en est largement récompensé par l’atmosphère unique et chaleureuse de villages perchés, hors du temps, par les sites sacrés comme Gangotri ou Gaumukh, par les bivouacs à près de 4000m d’altitude.

Les sites à ne pas manquer

On arrive généralement en Inde via l’aéroport de Delhi : l’occasion de découvrir les palais, les mosquées et les tombeaux de la ville ancienne. Une fois quitté la capitale, le contraste entre l’Inde rurale et cette mégalopole à l’agitation intense n’en sera que plus saisissant. Le train conduit en un peu plus de 5 heures à la ville sainte d’Haridvar, où le Gange quitte la montagne pour atteindre la plaine et où le dieu Vishnu a laissé l’empreinte de son pied. Rishikesh est la ville des ashrams : pourquoi ne pas y faire étape et profiter d’une initiation au yoga ?

Mieux vaut s’équiper de 4X4 si l’on veut monter à Devaprayag, où Baghirati et Alaknanda mêlent leurs eaux pour former le Gange. Une randonnée jusqu’à 1500m d’altitude permet de rejoindre le troisième affluent, le Mandakini. Tout au long du parcours, l’eau joue un rôle central : on la retrouve dans le paysage spectaculaire du lac de Deoria, mais aussi à Gangnani, où des sources chaudes réconfortent les pèlerins. A ne pas manquer : les chutes de Suryak, dans leur écrin de sommets étincelants.

Les sources du Gange

Pour les Hindous, l’arrivée au site constitue le moment le plus important de leur existence. Gaumukh, le glacier sacré, marque l’endroit où le fleuve Baghirati prend sa source. Mais la source principale du Gange est encore à 5km de là, au pied de l’un des plus beaux sommets de l’Himalaya, le Shivling (6543m). La fin du parcours s’effectue à pied, dans un silence impressionnant.

Au retour, ne manquez pas de faire étape à Gangotri : vous y découvrirez une atmosphère unique, mélange de spiritualité et de cour des miracles, dans un flamboiement de couleurs et de saris. La petite localité de 600 âmes accueille aussi bien les amateurs d’escalades himalayennes que les pèlerins. Vous y croiserez des sages indiens, les sadhus. Selon la légende, c’est ici que le dieu Shiva s’unit au fleuve sauvage en y trempant ses longs cheveux.

Sur les routes du Gange, légende et réalité se mêlent étroitement. Laissez-vous emporter par l’atmosphère de ferveur et prenez le temps d’absorber un peu de la profonde force régénératrice du plus sacré des fleuves.