Montagnes noires, Monts d’Arrée : la Bretagne autrement

Les Monts d’Arrée et les Montagnes Noires, qui recouvrent le centre du Finistère, ne peuvent pas laisser le visiteur indifférent avec des paysages à la fois sombre et verdoyants, et une ambiance qui nous ramène aux temps anciens et aux légendes celtiques…  Deux pays de Bretagne qui offrent beaucoup à découvrir : outre les paysages, il y a aussi Carhaix et un patrimoine culturel et gastronomique unique, à découvrir lors d’un séjour riche en sensations !

Crédit photo : FreeDigitalPhotos.net / Evgeni Dinev

Des paysages de mystères et de légendes

Les Monts d’Arrée et les Montagnes Noires sont des lieux peu connus et peu touristiques, qui caractérisent l’intérieur de la Bretagne occidentale. Y aller, c’est partir à la rencontre de légendes bretonnes parfois terrifiantes et s’imprégner d’un climat de mystères dans un paysage vallonné et coloré de jaune, voire d’oranger, avec le jeu des ombres des montagnes. Vous vous trouvez alors en plein cœur des paysages armoricains, sillonnés de sentiers pédestres et ponctués de petites chapelles, de fontaines miraculeuses, de calvaires, de petits villages traditionnels où l’on trouve de quoi se restaurer de façon traditionnelle (chouchenn, crêpes de blé noir…). Cette terre est empreinte de légendes morbides: selon la tradition, il n’est pas rare d’entendre le bruit de la charrette de l’Ankou, ce squelette habillé portant une fauche et représentant la mort. En pénétrant dans les forêts ou les sous-bois, on se sent comme habité d’une présence, pas forcément négative: le coin n’est-il pas la région des fées, des lutins et des korrigans, lointaine résurgence du paganisme breton?

Comment découvrir le coin?

Le meilleur moyen pour découvrir les Montagnes Noires et les Monts d’Arrée reste la randonnée pédestre. Les sentiers balisés emmènent le visiteur vers les coins les plus secrets de la région, ainsi que sur le Menez Hom, point culminant du Massif Armoricain (330 mètres d’altitude).
L’endroit est aussi traversé par des voies vertes, où il est possible de faire du vélo: de Morlaix à Concarneau, en passant par Carhaix, vous découvrirez les splendeurs cachées de ces terres à mystères.
Enfoui dans ces paysages grandioses, vous ressentez comme une sensation d’isolement d’avec le reste de la Terre, tous les problèmes vous paraissent loin, derrière vous. Vous êtes comme immergé dans un paysage digne du « Seigneur des Anneaux », dans ce pays qui appartient aux korrigans et à la fée Morgane.

Au cœur des Monts d’Arrée: Carhaix

L’un des meilleurs points de départ pour visiter les Monts d’Arrée et les Montagnes Noires est Carhaix, centre de la culture bretonne. Envie de vous initier aux danses bretonnes? Vous trouverez à coup sûr un fest noz dans le coin, surtout le samedi soir. Le centre historique de Carhaix vous fera remonter à la période médiévale et à la Renaissance: maisons à colombages et rues tortueuses et pavées bordées de boutiques artisanales vous feront pénétrer dans l’âme de la ville. Rendez-vous pour commencer à la maison du Sénéchal, magnifique bâtisse du XVIe siècle abritant aujourd’hui l’Office du Tourisme. Mais ce qu’il faut surtout voir à Carhaix, ce sont les coins de verdure autour de l’Hyères, petite rivière qui traverse la ville. Passez sur le Petit Carhaix, pont du XVIIIe siècle qui enjambe la rivière. Celle-ci possède une eau admirablement transparente et claire, où se reflètent le pont, les fleurs et la verdure des deux rives.
Carhaix accueille aussi tous les ans, en juillet, le festival des Vieilles Charrues: chaque année, de nombreux artistes viennent animer cet événement phare du Finistère, avec tout style de musique (rap, rock, musique celtique…).

Gastronomie

De la Bretagne, on connaît les deux plats principaux, les galettes et les crêpes. Mais ce que l’on sait moins, c’est que la façon de les cuisiner varie d’un endroit à l’autre de la Bretagne. Ainsi, dans les Monts d’Arrée et les Montagnes Noires, on ne parle pas de « galettes » mais de « crêpes de blé noir » (ou « de sarrasin »). C’est pareil, c’est du salé. Mais dans la pâte, on met du lait (et non de l’eau) et des œufs. Les crêpes sucrées sont, elles, appelées « crêpes de froment ». En apéritif, c’est le chouchenn qui domine. Dans ce coin, beaucoup moins de poisson que dans le reste de la Bretagne: nous sommes dans l’intérieur des terres!